La France, les OGM, et les Etats-Unis.


par Brigitte Adès - Lundi 14 Février 2011

Parmi les 250 000 mémos dévoilés au compte goutte par le site de Wikileak, des câbles diplomatiques,  mis en ligne récemment, révèlent qu'une guerre discrète sur les OGM est en cours entre les Etats-Unis et les pays de l'Union Européenne. Une note  de l'Ambassadeur des Etats Unis en poste à Paris, en 2007, recommande notamment de pénaliser les pays de l'Union Européenne, dont la France, qui, s'opposant aux OGM, risquent de faire capoter les négociations avec Bruxelles.

La posture anti OGM de la France dans le collimateur des Etats-Unis.

Dans un câble diplomatique du 14 décembre 2007, l'Ambassadeur américain à l’époque, à Paris, Craig Stapleton, signale que l’Europe est en train de revenir sur sa politique des OGM et que la France joue un rôle de premier plan sur ce changement d’attitude. Le diplomate américain suggère à Washington de publier une liste de représailles  à utiliser contre l'Union européenne, et la France en particulier, si les négociations avec Bruxelles sur les OGM venaient à échouer. Ce risque justifie, selon lui, la mise en place d’une liste de représailles commerciales envers la France en cas de résistance prolongée de son gouvernement à l’autorisation de culture des plantes transgéniques sur son sol : «  Nous recommandons de calibrer et de cibler une liste des mesures de représailles  à travers l’Union Européenne puisqu’il s’agit d’une responsabilité collective, mais de concentrer notre action sur les plus coupables. Cette liste de mesures doit être dosée pour être durable à long terme puisque nous ne nous attendons pas à une victoire rapide. De telles mesures montreront que la voie que ces pays ont choisie a de réels coûts pour les intérêts européens et contribuera à renforcer les voies européennes  pro biotechnologie »poursuit Craig Stapleton qui possédait avec George W. Bush, l’équipe de Baseball, les Texas Rangers de St Louis, dans les années 1990.
Les câbles suivants n’indiquent pas si la menace s’est ensuite traduite dans les faits. Cependant, tout ceci n’empêche pas la France, quelques semaines plus tard, en janvier 2008, d’invoquer devant la Commission européenne, au nom du principe de précaution, la clause de sauvegarde contre le mais BT Mon 810. Au début de février, la culture du Mon 810 devient illégale dans l’Hexagone. Mais la France n’est pas le seul pays qui préoccupe les diplomates américains.

Un lobby américain pro OGM puissant et agressif auprès du Vatican.
Selon des notes diplomatiques, les Etats-Unis cherchent à influencer le Vatican et leur stratégie  est clairement de pousser la culture des OGM dans le monde. On peut y lire: «  Des opportunités existent pour presser cet agenda auprès du Vatican et ainsi influencer une grande partie de la population d’Europe et du monde en voie de développement ».
Des câbles de l’Ambassade des Etats Unis au Vatican montrent notamment qu’après un travail de lobbying soutenu, certains proches conseillers de Benoist XVI comme le Cardinal Renato Martino, qui dirigeait le puissant Conseil Pontifical pour la justice et la paix et qui représentait le Pape aux Nations Unies, a coopéré, pendant deux ans avec les Etats-Unis sur les biotechnologies,  pour compenser, selon certains, sa désapprobation ouverte et largement diffusée contre la guerre en Irak et ses conséquences.  Selon d’autres mémos diplomatiques, le responsable des biotechnologies du Département d’Etat à Washington,  ainsi que des spécialistes de biotechnologies américains, basés au Kenya, auraient, eux-aussi, essayé de persuader des conseillers au sein du Vatican de pousser le Pape à se déclarer officiellement en faveur des OGM.

Un Pape qui ne se laisse pas influencer.

 Cependant cette stratégie semble avoir jusqu’à présent échoué puisque le Cardinal Martino, alors qu’il avait déjà commencé à revenir sur ses positions pro OGM, a été remplacé à la tête du puissant conseil Pontifical par le Cardinal Peter Turkson,  beaucoup plus réservé : Celui-ci a évoqué clairement sa crainte de voir les plantes transgéniques utilisées « comme des armes génératrices de faim et de pauvreté » si elles sont gérées de façon injuste. Turkson a également précisé que « la question devenait problématique quand une entreprise qui contrôle l’utilisation des semences et des cultures génétiquement modifiées est motivée plus par le profit que par le désir déclaré d’aider à nourrir l’humanité ». Une attaque à peine déguisée contre la puissante entreprise américaine Monsanto, championne des cultures transgéniques de par le monde.
Ainsi le Vatican qui n’a toujours pas déclaré sa position ouvertement, n’est pas prêt de devenir comme le souhaitaient les Américains, un fervent défenseur des OGM. Mais tel n’est pas le cas de tous les pays européens.

L’Espagne, pro OGM, cheval de Troie des Américains dans l’Union Européenne.
 Si l’Autriche l’Italie et la France affichent clairement leur position anti OGM, l’Espagne qui cultive  75 % des OGM, notamment du maïs MON810, en Europe, ne cache pas ses orientations ; ce qui permet à un diplomate américain de rédiger la note optimiste suivante : « Si l’Espagne tombe, alors le reste de l’Europe suivra ». Or l’on apprend dans un mémo diplomatique américain que le gouvernement espagnol travaille étroitement avec les Etats-Unis pour persuader l’Union Européenne de ne pas renforcer les lois de bio technologie et faire avancer la cause des OGM : Dans une des notes, provenant de l’Ambassade des Etats Unis à Madrid, on peut notamment lire le ministre des Affaires Rurales espagnol, Josep Puxeu, demander  « expressément aux officiels américains, le soutien renouvelé de leur gouvernement et une intervention au plus haut niveau, pour aider l’agriculture biotechnologique scientifique ».

Une relation parfois étroite entre certains officiels américains et l’entreprise Monsanto.

Il ressort aussi de la lecture de ces câbles, que certains diplomates américains sont en contact direct et régulier avec des dirigeants de Monsanto. Rappelons que même le candidat Obama avait choisi pour sa campagne, parmi ses cinq conseillers scientifiques, Gilbert Ommen, un ancien directeur de Monsanto et que le futur Président ne semblait pas opposé à la culture transgénique, puisqu’il semble avoir déclaré lors de sa campagne: « les avancées dans les modifications génétiques des plantes ont apporté d’énormes bénéfices aux agriculteurs des Etats-Unis ».

La culture des OGM est donc, pour les Etats-Unis, plus qu’un simple enjeu commercial, puisque le sujet préoccupe aussi les diplomates qui n’hésitent pas à emprunter, vis-à-vis de leurs alliés européens, une rhétorique belliqueuse. Dans cette guerre secrète, les adversaires des OGM, au sein de l’Union Européenne, semblent avoir marqué des points décisifs mais tout n’est pas encore joué.
 

par Brigitte Adès

 
  • Sources
  • Du même auteur

http://www.lafranceagricole.fr/actualite-agricole/ogm-wikileaks-ne-les-a-pas-oublies-36699.html sur le cable de wikileaks concernant les ogm.  www.infogm.org/spip.php?article3995  schizophrenie au vatican
schizophrenie au vatican sur le  dossier OGM
par Christophe NOISETTE , mars 2009
Le Pape Benoît XVI, devant le Synode des Évêques africains, a explicitement critiqué les OGM et les entreprises multinationales comme responsables de l’appauvrissement des pays en développement. Il a en effet déclaré : « La campagne de semences d’Organismes Génétiquement Modifiés (OGM), qui prétend assurer la sécurité alimentaire, ne doit pas faire ignorer les vrais problèmes des agriculteurs : le manque de terre arable, d’eau, d’énergie, d’accès au crédit, de formation agricole, de marchés locaux, d’infrastructures routières, etc. Cette technique risque de ruiner les petits exploitants, de supprimer leurs semences traditionnelles et les rend dépendants des sociétés productrices des OGM » [1].
Or, l’Académie pontificale des Sciences semble ne pas suivre le chef du Vatican sur cette question. En effet, lors de leurs journées d’étude organisées du 15 au 19 mai à Rome, le discours était clairement en faveur des plantes transgéniques, avec comme argument numéro Un, le fait que ces plantes permettront d’aider les populations en difficulté. Cette conclusion n’est pas surprenante : l’Académie avait en effet confié l’organisation de ses journées à Ingo Potrykus, inventeur du riz doré et VRP des PGM dans le monde. Les autres intervenants ont évoqué « les meilleures rendements » des PGM, « leur capacité à réduire l’utilisation des pesticides », et cela sans débat, sans controverse, alors que ces questions sont loin de faire l’unanimité au sein de la communauté scientifique et agronomique. Les 40 participants sont tous des lobbyistes reconnus de la cause biotech. Aucun opposant, association ou organisations d’agriculteurs des pays en question invités et la question, majeure, des « mauvaises herbes » résistantes aux herbicides, a été occultée. En résumé, il s’agissait non pas d’un colloque scientifique, mais d’un exercice de communication dont le but était la publication de quelques bons articles dans la presse internationale. Comme souvent sur ce dossier, on parle de ce qui n’existe pas pour mieux faire accepter ce qui est actuellement dans les champs. En effet, les conclusions de ces journées d’étude étaient que les OGM sont une solution pour les problèmes de carence, et de sous nutrition.
Enfin, l’Académie pontificale semble aussi sourde à tous les appels qui proviennent de très nombreuses organisations catholiques, à l’instar du CIDSE, qui œuvre en faveur de la justice globale et contre la faim, qui souhaitent que l’Eglise catholique n’apporte pas sa caution à la diffusion des plantes transgéniques et de leurs fausses promesses

Liens Wikileak: • Pour l'Ambassade américaine à Paris : http://www.wikileaks.ch/cable/2007/12/07PARIS4723.html • Pour l'Ambassade américaine à Madrid : http://www.wikileaks.ch/cable/2009/05/09MADRID482.html  
  
 www.infogm.org/spip.php?article3706 obama soutient les ogm
 
Article propositionnel de Robert Zoellick sur la securité alimentaire dans le financial times du 5 Janvier 2011
  web.worldbank.org/.../0,,contentMDK:22803802~menuPK: 51200699~pagePK:34370~piPK:34424~theSitePK:107493...  Le Monde bilan planete 2010:Sécurité alimentaire
trois articles: Baisse de la faim en 2010,une bonne nouvelle en trompe l'oeil, page  50
Comment se préparer à nourrir 9 milliard d'humains en 2050? page 53
Ogm:la crispation européenne, page 55.
 
 
 
 
 
Brigitte Adès
Selon les mémos secrets américains, le Pakistan serait un des pays les plus dangereux de la planète.
La reprise occidentale et l'obstacle chinois
L'OTAN entre nouvelles menaces et nouvelle donne internationale
Etats-Unis : l'appel du Pacifique.
La France, les OGM, et les Etats-Unis.
Le rôle pivot de l'armée égyptienne dans l'issue de la crise actuelle.
Révoltes au Moyen Orient : l'Histoire retiendra le rôle clef des réseaux sociaux.
Nouvelles démocraties au Moyen-Orient : l'enjeu économique.
Crise alimentaire mondiale : Les moyens proposés par le G20 seront-ils suffisants ?
Crise nucléaire au Japon : repenser nos systèmes de fonctionnement.
Droit d'ingérence ou devoir de conscience: le succès de l'intervention française en Côte d'Ivoire.
Enfin un peu d'optimisme : contrairement aux idées reçues, la qualité de la vie, dans le monde, s'améliore.
Les banques dans le collimateur de l'Union Européenne.
En direct du G8 : Internet, vers une réglementation mondiale ?
Escalade des révoltes en Syrie : le pays basculera-t-il dans le chaos ?
Dangers en haute mer : Menaces sur les Océans
Le déficit de notre balance commerciale se creuse, reflétant les maux de notre économie.
En 2012, devenez cyberphilanthrope!
Stratégie de défense américaine: nouveaux défis, nouvelle donne.
L'élection qui compte, cette année, pour nos industries, n'aura pas lieu en France, ou aux Etats-Unis, mais en Chine, à l'automne
Mort de Ben Laden. Le double jeu du Pakistan
Entretien avec Margaret Thatcher
La relance européenne et l'euro, vus par l'ancien Secrétaire d'Etat au Trésor américain, Larry Summers
Interview avec Larry Summers
L'auto édition : la fin du tabou

Les articles les plus consultés

L'auto édition : la fin du tabou
Mort de Ben Laden. Le double jeu du Pakistan
L'élection qui compte, cette année, pour nos industries, n'aura pas lieu en France, ou aux Etats-Unis, mais en Chine, à l'automne
Stratégie de défense américaine: nouveaux défis, nouvelle donne.
En 2012, devenez cyberphilanthrope!
La reprise occidentale et l'obstacle chinois
Interview avec Larry Summers
La relance européenne et l'euro, vus par l'ancien Secrétaire d'Etat au Trésor américain, Larry Summers
Vous êtes ici > Accueil > La France, les OGM, et les Etats-Unis.
 Présentation du site
 Plus d'articles